Le complexe d’Œdipe : concept et origine

Par Falimalala 
 4 minutes
Famille
Père et fille, calin

Père et fille, calinPezibear/Pixabay

Le complexe d’Œdipe est souvent évoqué lorsqu'il s’agit d’une affection particulière qu’a un petit garçon envers sa mère.

En quoi consiste le complexe d’Œdipe ?

Le complexe d’Œdipe, ou l’Œdipe tout simplement, n’est autre que le désir (qui peut très bien être sexuel) qu’éprouve un petit garçon, âgé entre 3 ans et 5 ans, par rapport à sa mère et cela de manière totalement inconsciente. Cette attirance sur sa mère le pousse à rejeter (inconsciemment évidemment) son père et à éprouver une hostilité vis-à-vis de ce dernier. Le petit garçon tente ainsi d’occuper la place de son père en entrant en compétition avec ce dernier afin de devenir l’amant de sa mère.

La manifestation de ce complexe sur le petit garçon dès ses 3 ans (pendant le stade « phallique » de son développement ou phase de découverte de son corps) se traduit comme suit : il devient très possessif avec sa mère, il demande beaucoup plus d’attention, de tendresse, de câlins venant de sa mère, etc, dès fois même, il cherche à pénétrer dans la chambre de ses parents sans frapper pour entrer dans l’intimité sexuelle de ces derniers.
Après avoir tenté toutes ces manœuvres de séduction inconsciemment, ces dernières seront vouées à l’échec et le petit garçon, étant incapable d’exprimer ce qu’il ressent par des mots, s’exprimera par des cauchemars et des colères.

À titre informatif, quelques années après cette phase de découverte, le petit garçon, progressivement, renonce à l’attirance qu’il a à l’égard de sa mère et s’identifie à son père ; et que ce concept existe aussi chez les petites filles et est appelé le complexe d’Electre mais en ce moment, dans le langage courant, le complexe d’Œdipe est utilisé pour les 2 sexes.

D’où vient l’appellation de complexe d’Œdipe ?

Œdipe tua son père et épousa sa mère</h3

Dans la mythologie grecque, Œdipe, fils de Laïos et Jocaste, était abandonné par ces derniers par peur que l’oracle (qui avait prédit avant la naissance d’Œdipe que celui-ci allait tuer son père et épouser sa mère) ne s’accomplisse. Ses parents l’ont donc accroché à un arbre en lui perçant ses chevilles (d’où vient le nom d’Œdipe signifiant « pieds enflés »), mais il fût sauvé, adopté et élevé par Polybe et Mérope, roi et reine de Corinthe.

Étant jeune adulte, un homme l’accuse d’être un enfant supposé et ce dernier partit pour Delphes pour demander à l’oracle si ceux qui l’ont élevé étaient ses vrais parents, pourtant l’oracle ne répondit pas, mais redit ce qu’il a déjà prédit aux vrais parents d’Œdipe des années auparavant.

Œdipe, ne voulant pas que l’oracle s’accomplisse ne retourne pas vers ses parents qu’il croit être les vrais. En cours de route, il rencontre un vieil homme (qui était son vrai père Laïos) à un carrefour, se dispute avec lui en raison de priorité dans le passage et finit par le tuer : 1er volet de l’oracle accompli.

Ensuite, il arrive à Thèbes et décide d’affronter une sphinge (féminin du sphinx) pour une raison inconnue. Après l’avoir vaincu, il eût comme récompense le trône de Thèbes (vacant après la mort de Laïos) et la main de la veuve Jocaste (sa vraie mère) : 2e volet accompli.

C’est donc de ces 2 volets de l’oracle que la pièce « Œdipe-Roi » de Sophocle a raconté et dont Sigmund Freud s’est inspiré pour découvrir le complexe d’Œdipe chez les petits garçons.