Tout sur la sarriette : de la récolte à la conservation

Par Falimalala 
 3 minutes
Jardinage
Sarriette

SarrietteHans/Pixabay

Quand on dit sarriette, on pense tout de suite à la région méditerranéenne. Elle agrémente les bons plats des restaurants. Ces vertus ne peuvent être conservées qu’avec de bonnes récoltes et conservations.

Quelles sont les spécificités de la sarriette ?

Son histoire

Au sens étymologique, la sarriette vient du latin « satureja » qui veut dire herbe à satyre. À l’époque des Grecs et de Romains, cette plante remplaçait les piments et les poivres dans les plats. C’est pour cette raison que dans certaines régions, on la nomme encore « poivre d’âne ». La sarriette est membre de la famille des labiacées. Elle est originaire des bassins de la méditerranée.

Elle a traversé bien des civilisations pour arriver à notre ère. Cette herbe a une réputation d’être aphrodisiaque et de réguler les ardeurs. Aussi populaire en cuisine qu’en pharmacie, la sarriette détient aussi des vertus pharmacologiques. Elle joue un rôle de calmant et de stimulant.

Ses caractéristiques

En tant que plante héliophile, la sarriette demande une forte exposition au soleil. Elle se développe de façon optimale sur un sol calcaire et léger. Le semis doit se faire entre avril et mai. Il en existe deux espèces qui sont très différentes en apparence et en exigence.

D’une part, il y a l’espèce qui pousse sur les jardins d’été. Herbacée annuelle, ses tiges sont poilues, longues, étroites et de couleur verte. Quand les conditions de floraison sont rassemblées, des boutons floraux roses pâles ou blancs commencent à apparaître.

La deuxième espèce est plutôt affiliée aux montagnes. Cette spécificité fait qu’elle supporte le froid et se développe de préférence en hiver. Ses fleurs mauves sont situées à l’extrémité des branches.

Comment se passent la récolte et la conservation de la sarriette ?

Récolter avant la floraison estivale

La sarriette peut se récolter au printemps ou en automne. Le principe est qu’à la consommation, les organes soient toujours frais. Pour une saveur optimale, il faut savoir choisir la plante à récolter dans son jardin. En apparence, elle est prête à être récoltée si elle est de couleur vert vif. Cela indique que la plante est bien fraîche. Les spécialistes des jardins potagers disent que pour profiter du meilleur arôme, il faut cueillir avant la floraison en été. Par contre, la variété dite de montagne peut se récolter à tout moment de l’année. L’environnement froid où elle croit contribue déjà à sa conservation. Si elle est destinée au séchage, la récolte se fait de juillet à août.

Bien conserver la sarriette

Après la récolte de la sarriette, il existe deux modes de conservation possible. Le premier est un stockage humide dans le réfrigérateur. Il consiste à introduire la tige dans un verre d’eau ou bien à l’enfermer dans un sac plastique perforé, disposé dans le bac à légumes de réfrigérateurs. De cette manière, elle peut se garder plusieurs mois. Le second type est la conservation à sec. La sarriette supporte bien le séchage.

Il suffit de suspendre un bouquet renversé, dans une pièce sombre et aérée. Le séchage est fini lorsque les feuilles crissent au toucher. Si c’est le cas, il ne reste plus qu’à entreposer la plante sèche dans un récipient hermétique, bien gardé à l’abri de la lumière. Ceci convient plus aux utilisations médicales. Cependant, en cuisine, une plante fraîche donne plus de saveur. Il ne vous reste plus qu’à savourer vos bons plats à la sarriette !