Changement climatique : l’avenir de la race humaine

Par Falimalala 
 3 minutes
Famille
Naissance, bébé

Naissance, bébéSanjay/Pixabay

Au fil des années, à cause de la dégradation de l’environnement, le changement climatique ne cesse de se faire remarquer, et cela n’est pas sans conséquence pour la race humaine, surtout pour la gent masculine.

Pourquoi le changement climatique pourrait éradiquer le sexe masculin de la race humaine ?

Les enquêteurs de la M&K Health Institute à Ako, au Japon, ont effectué des études et enquêtes sur l’effet que pourrait avoir le changement climatique sur les êtres humains, en particulier sur le genre, et ils expliquent pourquoi ce changement pourrait éradiquer le sexe masculin de la race humaine. Nous allons donc vous faire part des résultats de ces recherches.

Les fœtus mâles sont moins résistants aux changements climatiques que les fœtus femelles

Au Japon, depuis les années 1970, la fluctuation climatique gagne en importance (la température annuelle varie donc de façon importante) et il y a plus de bébés de sexe féminin que de sexe masculin qui sont nés.

En observant ce fait, le Docteur Misao Fukuda (le directeur de l’enquête) a décidé de mener plusieurs études. Afin d’avoir des résultats fiables, les enquêteurs ont réalisé ces études lors de 2 phénomènes météorologiques extrêmes qui s’étaient produites au pays : l’été extrême en 2010 et l’hiver très froid en 2011. Pendant chacun de ces 2 phénomènes extrêmes, le nombre de fausses couches (ou avortement naturel) a augmenté de façon considérable et après 9 mois, comparé au nombre de naissances de bébés de sexe féminin, celui de sexe masculin a diminué. Ils ont donc conclu que les fausses couches qui s’étaient produites lors de l’été 2010 et de l’hiver 2011 impliquaient plus les embryons de sexe masculin que ceux de sexe féminin, ce qui veut dire que les fœtus de sexe masculin sont moins résistants aux changements climatiques.

Toutefois, en Finlande et en Nouvelle-Zélande, d’autres chercheurs ont mené des études assez similaires à ces dernières, mais les résultats n’ont pas permis d’affirmer la conclusion ci-dessus. Et comme explication à cela, le Docteur Fukuda avançait la théorie que les températures dans ces pays n’étaient pas aussi extrêmes qu’au Japon.

En résumant ce qui a été dit, le changement climatique a bien une influence sur le ratio de nouveau-nés (en augmentant le ratio de nouveau-nés de sexe féminin) et qu’au fil du temps, il pourrait entraîner l’éradication totale des êtres humains du genre masculin.

Les fœtus mâles ne supportent peut-être pas la cortisone

Le Docteur Fukuda a également réalisé une étude en 2002 et a conclu que la conception de mâles est vulnérable aux facteurs extérieurs de stress. Vu que le tabac fait partie des environnements stressants du fœtus, les fumeuses auraient alors davantage de chances de donner naissance à des filles que d’autres femmes. Mais ce docteur ne s’est pas arrêté sur ce résultat, il s’est ensuite appuyé sur des travaux britanniques menés en 2012 pour avancer la théorie que le stress augmente la production de cortisone et un taux élevé de cette dernière chez les femmes avant la conception diminuerait la naissance de bébés de sexe masculin.

D’après ce qui a été dit, une augmentation de cortisone avant la conception réduit la chance d’avoir un petit garçon, or le changement climatique fait partie des facteurs extérieurs de stress, il entraîne donc, à long terme la disparition du sexe masculin de la race humaine.