Que faut-il faire en cas de laryngite aiguë ou chronique ?

Par Falimalala 
 3 minutes
Santé
Un mal de gorge.

Un mal de gorge. Shutterstock.com

Quelquefois, il arrive que l’on sente des douleurs dans la gorge à la seule action de parler. Si quelques jours plus tard la voix devient rauque, c’est un signe de laryngite. Il faut commencer à prendre des mesures.

Quelles sont les causes de la laryngite ?

De la laryngite aiguë à une laryngite chronique chez l’adulte

Comme son nom l’indique, la laryngite est une inflammation au niveau du larynx. Il touche les cordes vocales. Il en existe deux types selon que la maladie soit aiguë ou chronique. L’origine du premier type est soit infectieuse soit traumatique.

Les bactéries associées à des facteurs de risques (tabac, froid, poussière) entraînent une infection. Quant au deuxième type, le surmenage de la voix provoque un hématome au niveau laryngé. Elle est la conséquence de cris à tue-tête ou d’accident.

Une exposition prolongée à ces facteurs amène à une forme chronique. Les causes en sont diverses. L’inhalation de vapeurs toxiques ou de produits irritants, des reflux gastro-œsophagiens, une consommation excessive d’alcool, et des lésions précancéreuses se trouvent en tête de liste.

Laryngite : une urgence respiratoire chez l’enfant

Chez les moins âgés, la laryngite se manifeste surtout par des problèmes respiratoires. D’un côté, elle peut être due à l’attaque d’un virus ou à la contamination par une bactérie du type haémophylus influenzae. Il faut aussi redouter les virus à l’origine d’autres maladies comme la rougeole.

D’un autre côté, le spasme laryngé est un facteur important. La toux ou les sanglots à répétition sont à surveiller de près. Très choquant, cet aspect de l’infection peut amener à une perte de connaissance.

Chez l’enfant moins de 5 ans, on ne parle pas de laryngite, mais de « faux croup ». Toute forme de difficulté respiratoire est donc à traiter avec les plus grands soins.

Comment reconnaître et traiter la laryngite ?

Des symptômes faciles à détecter

Des difficultés respiratoires évidentes rendent parfois compte d’infections des cordes vocales. Si l’on observe un ralentissement de la respiration ou un bruit rauque au moment du passage de l’air, il faut s’inquiéter.

En général, les personnes atteintes de cette maladie rencontrent des entraves à l’inspiration. Les parties molles du thorax se creusent et font obstacle à l’entrée d’air.

Attention à ne pas confondre avec l’asthme, car une difficulté à expirer est signe de cette affection plutôt que de laryngite. Pour ne pas aggraver son cas, il est nécessaire de connaitre les facteurs de risque. D’habitude, l’alcool, le rhume, le diabète et les substances irritantes compliquent la maladie.

Des bonnes pratiques pour prévenir ou guérir

La meilleure façon de prévenir la laryngite est d’éviter de solliciter la voix de manière trop excessive. Il faut également garder un œil sur les facteurs de risque. Une bonne hygiène est de mise si l’on veut limiter la contamination par des produits toxiques.

Soigner au plus vite les maladies sous-jacentes (rougeole, varicelle,…) est indispensable pour les empêcher de se transformer en laryngite. Si l’affection est due à l’abus de la voix, un repos suffit à estomper les infections.

À la maison, il est préférable de s’équiper d’humidificateur d’air, et de boire beaucoup d’eau. Si ces mesures ne suffisent pas, consulter le médecin dans l’immédiat. Il procurera au patient des antibiotiques ou des corticoïdes anti-inflammatoires. Si les infections persistent encore, une intervention chirurgicale (trachéotomie) sera sans doute envisagée.

Surtout, demandez conseil autour de vous avant de prendre des médicaments.