Comment s’occuper d’un chien pékinois ?

Par Falimalala,  publié le 1 janvier 2019 à 16h45.
 4 minutes

Famille

Le Pékinois est un cador de petite taille. Leur compagnie convient très bien aux petits foyers qui n’ont pas trop d’espace pour accueillir un grand animal. Il se trouve que cette race est l’idéale pour ces personnes.

Quelles sont les caractéristiques physiques d’un pékinois ?

L’histoire d’une race asiatique

L’histoire du Pékinois remonte jusqu’à la Chine Antique. Des études faites à cette époque ont fait mention de chien similaire 200 ans avant Jésus Christ. Selon l’histoire, les ancêtres du pékinois ont été introduites en Chine par des marchands musulmans venant de Malte.

La mythologie, à son tour, décrit cette race comme issue d’un croisement entre un ouistiti et un lion. C’est ce qui explique sa taille modeste et son tempérament dominant.

À l’ère des empereurs chinois, devenir maître d’un pékinois était difficile, car ils ont développé une passion pour ce type de chien. Nombreux éleveurs ont, ensuite, cherché à le propager. En 1860, les premiers spécimens ont été importés en Europe.

Un caractère distant, peu agressif

Les mâles pékinois pèsent 5kg et les femelles ne dépassent pas les 5,4 kg. Ses lèvres et ses bords de paupières sont pigmentés de noir. Son nez est court, mais ses poils par contre sont relativement longs. Ces derniers présentent des sous-poils doux et épais. La robe peut se présenter sous différentes couleurs sauf la couleur foie et albinos.

C’est une race peu agressive. Elle n’est pas du tout craintive et ne développe aucune peur en présence d’étrangers ou d’autres animaux.

C’est un bon compagnon pour toute la famille, car il dégage beaucoup d’affection. Le problème avec le pékinois c’est qu’il peut être quelquefois distant. Ce caractère opiniâtre rend parfois difficile sa domestication.

À quelles pathologies le pékinois est-il le plus sujet?

Un risque de maladie qui augmente avec l’âge

Lors d’un sondage sur la santé canine réalisé en 2014, il a été établi que la première cause de décès était la vieillesse. Comme le pékinois est un chien de race pure, il est plus susceptible de développer des maladies héréditaires.

Le plus souvent ces anomalies affectent directement la capacité motrice de l’animal. La luxation congénitale est très fréquente. Elle se caractérise par une déviation des os du coude accompagné par des déchirures des ligaments.

In visu, le chien développe une boiterie. Une fois que la malformation est confirmée par radiographie, il faut accourir vers son vétérinaire pour une intervention chirurgicale. Les vieux pékinois sont plus exposés à la distichiasis. Elle bloque la vue et peut amener à une cécité complète.

Un risque plus élevé pour les organes internes

Outre les dysfonctionnements qui sont visibles à l’extérieur, des anomalies des organes internes peuvent également apparaître chez les pékinois. L’Ectopie testiculaire, par exemple, résulte d’un défaut de positionnement des testicules. Le diagnostic peut se faire par palpation. En général, le traitement reste au rang hormonal, mais dans des cas plus graves, une chirurgie peut s’avérer obligatoire.

Une autre forme d’affection interne est la hernie qui se caractérise, à son tour, par la sortie des organes internes en dehors de leurs cavités.

La hernie ombilicale touche 2 % des sujets mâles alors que la forme inguinale touche plutôt les femelles. La palpation suffit en premier diagnostic, mais on peut recourir à la radiographie ou à l’échographie pour des cas plus critiques.

Les pékinois sont donc des animaux très sensibles qui demandent des attentions particulières venant de leur maître.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (155 notes, une moyenne de : 3,87 sur 5)