La loi de Murphy est-elle véridique ?

Par Falimalala 
 3 minutes
Famille
Roue vélo cassée, cycliste à pieds

Roue vélo cassée, cycliste à piedsFachdozent/Pixabay

Dans les films, les romans, les expériences scientifiques et même les plans de bataille, la loi de Murphy est souvent présentée comme la cause de nombreuses catastrophes. Pourquoi ce théorème jouit-il d'une telle notoriété ?

Qu’est-ce que la loi de Murphy ?

Un théorème énoncé par un ingénieur américain

L’origine de la fameuse Loi de Murphy remonte aux années 1950 aux États-Unis. L’US Air Force était en pleine course vers l’espace et menait une série de tests en vue des futurs vols spatiaux. Lors de l’un de ces essais, un assistant a monté à l’envers des capteurs censés mesurer les forces subies par un pilote pendant une décélération. Edward Murphy Jr s’exclama alors : « Si cet homme a une infime possibilité de faire une erreur, il le fera ». Cette phrase conduira l’ingénieur aérospatial à énoncer la loi de Murphy, qui peut être énoncée simplement comme suit : « Tout ce qui peut mal tourner tournera forcément mal ».

Une loi empirique

La loi de Murphy n’a donc aucune base scientifique ni mathématique. Il s’agit plutôt d’une loi élaborée à partir d’observations et d’expériences. Cela explique l’existence de nombreuses variantes, corollaires et extensions de ce théorème, dont les plus connus sont la Loi des Séries, la loi de Vexation universelle (ou loi de l’emmerdement maximum) et la loi de l’Erreur fatale de Windows.

La loi de Murphy est-elle véridique ?

Ces événements courants qui semblent justifier la loi de Murphy

Vous vous souvenez sans doute d’une expérience où ce théorème s’applique. La plomberie qui fuite au pire moment, la panne de réveil avant un examen, la file voisine du supermarché qui semble aller plus vite, les embouteillages monstres pour un premier jour de travail… Ce sont autant d’exemples qui semblent vérifier la loi de Murphy.

Le cas de la célèbre tartine au beurre ou à la confiture

Tout le monde a déjà vu au moins une fois sa tartine fraîchement beurrée glisser de sa main et tomber au sol, la face beurrée contre le sol. Beaucoup y voient une autre démonstration de la loi de Murphy. Néanmoins, il faut aussi considérer l’aspect purement mécanique de la chute. Une tartine a rarement le temps de faire un tour complet depuis une table, à cause de la faible hauteur de chute.

Les éléments en jeu dans la loi de Murphy

Le caractère imprévisible des mésaventures pousse forcément les gens à invoquer cette loi en guise d’explication. Puis, d’un point de vue statistique, il existe toujours une infime probabilité qu’un utilisateur – parmi des millions – choisisse la seule option susceptible d’entraîner une catastrophe ou un accident avec un appareil.

Comme ces accidents sont relativement rares, ils marquent les esprits et poussent les gens à voir en ces contrariétés une autre démonstration de la loi de Murphy. Le facteur humain dans les catastrophes tend aussi à confirmer ce théorème. Les gens ont tendance à subir plus de stress après une erreur, une situation qui augmente pourtant la probabilité de faire d’autres erreurs. Là encore, la loi de Murphy semble véridique.