Comment réaliser un faux plafond suspendu

Par Falimalala 
 3 minutes

Bricolage

Table, chaises

Table, chaisesStockSnap/Pixabay

Utilisé pour des fins esthétiques ou techniques, le plafond suspendu est un choix de plus en plus prisé dans le domaine de la construction. Voici les principaux points à savoir en ce qui le concerne.

Qu’est-ce qu’un faux plafond suspendu ?

Structure d’un faux plafond suspendu

Le faux plafond suspendu est fixé à l’aide d’une structure verticale ou une tige en métal qu’on appelle suspente. Comme son nom l’indique, elle sert à suspendre le plafond à la hauteur souhaitée pour créer le plénum. Les suspentes sont reliées entre elles par des rails horizontaux ou les ossatures sur lesquels vont se fixer les faux plafonds. Le dernier élément est le faux plafond lui-même.

À savoir, il est fait à base de plâtre, sous forme de dalles ou de panneaux. Il peut aussi être en bois, en PVC ou en aluminium. Les espaces se trouvant entre les panneaux seront ensuite rebouchés à l’aide de joints ou grâce à de l’enduit.

Quels sont les avantages et les inconvénients du faux plafond suspendu ?

Ses avantages

Le premier atout d’un faux plafond suspendu est son côté esthétique. En effet, il permet la réalisation de diverses formes, sous diverses couleurs, donnant un côté moderne à nos intérieurs. De plus, on peut également y fixer tout type de luminaires afin d’optimiser l’éclairage d’une pièce.

L’accès aux fils électriques ainsi qu’aux tuyauteries ou tout autre type de câblage est aisé en cas d’entretien, car le plafond se démonte sans difficulté. Il en est de même pour l’entretien et le remplacement des panneaux constituant le plafond.

Le plénum est prêt à accueillir des isolants phonétiques et thermiques, si bien que le confort dans l’habitation en sera assuré. Il cache très bien aussi les installations électriques si l’on n’aime pas les fils apparents.

Ses inconvénients

Bien que ce type de plafond présente d’importants avantages, il faut aussi noter qu’il est très sensible à toute forme d’humidité. En effet, l’eau peut entraîner des déformations irréversibles sur un faux plafond suspendu. Il peut aussi réduire la hauteur d’une pièce, étant donné que le plénum peut occuper 2 cm à 30 cm de hauteur.

Comment poser le plafond suspendu ?

La pose de ce type de plafond est à la portée de tout bricoleur. Voici les étapes à suivre :

Tout d’abord, on prend les mesures de la pièce afin de pouvoir connaître la quantité de matériels nécessaires. Ensuite, on trace des quadrillages de 120 cm par 30 cm sur le plafond pour déterminer les places exactes des suspentes. Ces dernières seront fixées à chaque croisement des lignes que l’on vient de tracer.

Par la suite, on se sert d’une perceuse pour creuser un trou à chaque coin du quadrillage. Un cavalier et une cheville seront fixés à la tige, c’est-à-dire la suspente, afin que l’on puisse y suspendre l’ossature. On visse alors l’ossature et on viendra par la suite y fixer un à un les panneaux. Il ne reste plus qu’à couvrir les joints d’enduits pour remplir les espaces entre les panneaux, et le tour sera joué.

Alors, qu’est-ce qu’on attend pour refaire la décoration en installant ce type de plafond ?

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (540 notes, une moyenne de : 3,81 sur 5)