Qu’est-ce que la pneumopathie ?

Par Falimalala 
 3 minutes
Santé
Cigarettes, masque aérosol

Cigarettes, masque aérosolMyriams-Fotos/Pixabay

Touchant principalement le poumon, la pneumopathie est une infection contagieuse. Existant sous plusieurs types, les causes et les symptômes de ce dernier permettent de faire un diagnostic précis et par la même occasion d'identifier les traitements adéquats.

La pneumopathie : Ce qu’il faut savoir

Étymologiquement, la pneumopathie désigne toutes les maladies qui touchent les poumons. Dans la pratique, la pneumopathie ramène à une infection pulmonaire causée par des bactéries, des virus ou des champignons. Cinquième cause de décès dans les pays industrialisés, cette maladie infectieuse n’est pas à prendre à la légère.

Les différents types de pneumopathie

Pour comprendre le fonctionnement et les causes de la maladie, il convient de distinguer ses différentes formes :

    • Pneumopathie infectieuse : la principale source de contamination de la pneumopathie infectieuse se fait par voie aérienne. Responsable de bronchopneumopathie obstructive et de pneumopathie lobaire aigüe, son origine peut être virale et est souvent causée par le virus de la grippe ou de la varicelle.
    • Pneumopathie d’inhalation : la pneumopathie d’inhalation est principalement causée par une fausse route alimentaire. À cause de cela, les aliments prennent place dans les voies respiratoires et provoquent une infection.
    • Pneumopathie interstitielle : ce type est causé par une atteinte du tissu pulmonaire interstitiel (entre les vaisseaux sanguins et les alvéoles). Non traitée, la pneumopathie interstitielle peut entraîner des complications sérieuses telles que l’insuffisance respiratoire.
    • Pneumopathie immunologique : les personnes atteintes de pneumopathie immunologique sont celles dont l’arbre respiratoire est hypersensible. Ce type de pneumopathie fait souvent suite à une inhalation chronique de poussières organiques. L’exposition à la pollution et à la poussière augmente les risques.

Les symptômes de la pneumopathie

Les symptômes de la pneumopathie varient d’un type à l’autre. Ils changent, également, d’une personne à l’autre. Néanmoins, les principaux symptômes de la maladie peuvent vous alarmer :

  • Une fièvre élevée (pouvant atteindre 41 °C)
  • Les frissons
  • La toux (d’abord sèche puis grasse)
  • Les douleurs thoraciques en respirant
  • La tachycardie
  • L’essoufflement
  • Les vomissements

Les traitements

Dans la généralité des cas, le traitement de la pneumopathie consiste à prendre certains médicaments. Le corticostéroïde est le parfait allié pour réduire l’inflammation. Le prednisone, quant à lui, est nécessaire pour soulager les manifestations de la maladie.

Dans le cas où l’infection a pris origine suite à une invasion bactérienne, le professionnel de la santé peut vous prescrire des antibiotiques. Si la pneumopathie atteint un niveau sévère, il faudrait penser à une hospitalisation où l’oxygénothérapie sera pratiquée.

Les préventions

Pou prévenir la maladie, il convient d’adopter certains changements votre mode de vie : éviter ou limiter l’exposition au tabac, se baser sur les pics de pollution pour se décider d’aller faire du sport ou non, porter un masque en cas d’exposition à des agents toxiques ou encore de la poussière.

Le vaccin contre la grippe est également une prévention efficace contre la pneumopathie. Comme le virus de la grippe fait partie des principales causes de cette pathologie. Aussi, il est indispensable de consulter immédiatement un médecin dès que vous constatez les signes de la pneumopathie.