Comment une vélo qui roule reste stable ?

Par Falimalala 
 3 minutes
Tech
Cycliste

Cyclisteskeeze/Pixabay

Il n’y a qu’une seule raison permettant de garder son équilibre sur un vélo. C’est en effet le cycliste lui-même. Il empreinte plusieurs changements d’allées et bouge incessamment afin d’éviter de tomber.

Comment le vélo tient-il en équilibre ?

Auparavant, la science a stipulé que hormis la puissance du centrifuge et la gravité, la stabilité de la bicyclette se base sur deux éléments, à savoir l’effet gyroscopique et l’effet traîné. Des scientifiques ont effectué des recherches en essayant de démontrer si ces deux effets suffisent largement à équilibrer le vélo.

Après l’étude, on peut également parler de la distribution de masse. De ce fait, on peut alors supposer que ce sont les trois éléments principaux assurant l’équilibre du vélo. Il faut alors ajuster ces trois variables pour assurer l’équilibre de la bicyclette.

À propos de l’effet gyroscopique

Il existe deux faits permettant à un cycliste de rester en équilibre sur un vélo sans tomber. Le phénomène principal est l’effet gyroscopique. Lorsque la roue tourne, plus elle roule vite, plus elle peut résister aux modifications d’orientation. Un vélo peut se maintenir droit quand il est dirigé de manière à ce que les puissances de réaction corrigent précisément les autres puissances qu’il peut subir.

Se tenir en équilibre en action est dû au fait que c’est la charge du cycliste se penchant vers le côté qui va réparer le déséquilibre. On prenant de la vitesse, le vélo réalise un effet gyroscopique. C’est une puissance cinétique déposée par un animé circulaire évoluant dans un fluide.

L’inertie est également un fait à prendre en compte quand on est en mouvement. C’est en effet une force s’opposant à une modification de trajectoire. Elle permet d’éliminer les écarts de la stabilité imparfaite. Plus on roule vite, plus les conséquences du déséquilibre sont insignifiantes.

L’effet de trainée

L’effet de trainée est un autre facteur qui contribue à la stabilité d’un vélo. C’est en fait la répartition du poids dans le système de direction, étant composé d’un guidon, du jeu de direction ainsi que d’une fourche. Lorsque le centre de gravité du système se trouve au front du conduit de direction, la puissance de gravité va faire pivoter la roue dans la bonne direction. C’est un phénomène qui peut être considéré en versant la bicyclette à l’arrêt.

La roue qui se trouve à l’avant va également se tourner vers cette direction d’une manière indépendante de toutes les interférences avec le sol. La position et la hauteur sont d’autant plus des paramètres importants contribuant au comportement actif de la bicyclette.