À la recherche d’un chien ? Pourquoi pas un épagneul breton

Par Falimalala 
 3 minutes

Famille

Épagneul breton

Épagneul bretonskeeze/Pixabay

Chacun a sa préférence en matière d’animal de compagnie. Certains veulent des grands belliqueux pour garder leur maison. D’autres préfèrent les petites boules de poils. L’épagneul breton est l’idéal pour ces derniers.

Comment reconnaître un épagneul breton ?

L’épagneul breton a une origine peu connue

L’origine exacte de cette race est peu connue. Certains récits locaux lui prêtent ses origines aux Celtes. D’autres écrits attestent la présence d’un chien de chasse à pelage blanc et marron, très ressemblant à cette espèce en Bretagne. L’origine la plus probable est celle qui fait part de la chasse à la bécasse dans la région bretonne dans les années 1850.

À la fin de la période de chasse, ces chiens étaient abandonnés par leur maître alors que ces derniers repartaient vers l’archipel britannique. C’est ensuite, en 1970 qu’un club Épagneul a été créé avec l’établissement d’un standard de race. Actuellement, l’Epagneul breton est devenu la première race de chien en France.

L’épagneul breton est un chien d’arrêt très sociable

Cette race mesure entre 48 à 50 cm au garrot. Avec cette taille, il a été consacré le plus petit chien d’arrêt par la Fédération Cynologique Internationale. Sa queue est horizontale et attaché haut tandis que ses oreilles tombantes sont triangulaires et couverts en partie par des poils. La robe rallie couleur blanche, marron ou noire, mais d’autres mélanges sont possibles.

L’Epagneul Breton s’adapte très bien en société. Il possède un esprit vif et son regard laisse transparaître son intelligence. Il peut s’avérer nécessaire de lui faire suivre une formation à l’obéissance pour ne pas avoir affaire à une tête forte. Bien entraîné, il peut se surpasser dans nombreuses disciplines (pistage, chasse, flyball, etc.)

Quelles sont les maladies de l’épagneul breton les plus fréquentes ?

Une race sensible aux maladies héréditaires

L’Epagneul Breton présente une bonne condition physique. La plupart de ses problèmes sanitaires sont d’origine héréditaire. On distingue par exemple la dysplasie coxo-fémorale et la cystinurie. La première est une malformation de l’articulation de la hanche. Les symptômes sont présents dès les premiers boitements. Si l’animal est aussi réticent à faire des exercices, il faut faire une radiographie d’urgence chez le véto.

Dans la majorité des cas, une bonne prise en charge médicamenteuse suffit à le remettre sur pied. La cystite, en revanche, est plus grave, car elle touche le fonctionnement des reins. Elle se manifeste par des douleurs prononcées à l’abdomen. Elle n’est pas mortelle, mais peut entraîner de graves dommages en l’absence de traitements.

Une race sujette à des dysfonctionnements motrices fréquentes

Parmi les différentes races de chien, l’Epagneul Breton est le plus touché par des affections portant atteinte aux fonctions motrices. La luxation de la rotule par exemple est d’origine congénitale, chez les individus de petite taille. Le déplacement de la rotule est accompagné d’une rupture du ligament osseux. Le Chien boite de façon de moins en moins intermittente jusqu’à ne plus arriver à avancer correctement.

Lors du diagnostic, le vétérinaire palpe les genoux de l’animal. Si cela n’est pas suffisant, une radiographie peut être conseillée. Dans tous les cas, seul un traitement intégré est efficace.

Il combine intervention chirurgicale et médication afin d’éliminer toute forme secondaire de la maladie. Une bonne condition de vie permet toutefois de garder votre chien hors risque de maladies.

1 Etoile2 Etoiles3 Etoiles4 Etoiles5 Etoiles (477 notes, une moyenne de : 3,77 sur 5)