Le syndrome de Wendy : prioriser les autres

Par Falimalala 
 3 minutes
Famille
Bénévolat, femme, petit garçon

Bénévolat, femme, petit garçonDiv_lv/Pixabay

Le syndrome de Wendy est issu de la psychologie populaire, mais qui est encore fréquent jusqu’à présent. Il fait référence à la femme au service des autres et s’oublie soi-même. Cela requiert pourtant un traitement.

Le dilemme de Wendy, comment s’en débarrasser ?

Prendre conscience des méfaits que cela provoque

Wendy est la jeune femme au service de Peter Pan dans l’œuvre mondialement célèbre de James M. Barrie. Comme tout le monde le sait, Peter Pan est un enfant refusant de grandir pour ne pas avoir à supporter les responsabilités d’un adulte. Il souhaite toujours vivre dans l’aventure et éviter la stabilité et la maturité. C’est justement l’image de tous les hommes immatures, incapables de prendre leurs responsabilités à deux mains et ont toujours besoin d’une Wendy dans son ombre.

Un signe de dépression

Wendy s’occupe du nettoyage et des enfants perdus. Entre autre, elle fait tout puisque c’est ce qui la rend heureuse. À vrai dire, les personnes atteintes de ce syndrome éprouvent le besoin de prendre soin des autres de peur de ne pas être aimé, d’être délaissé ou repoussé. En effet, elles sacrifient leur besoin, leur rêve, leur passion et toute leur vie pour autrui. Finalement, elles risquent d’être frustrées et non valorisées. Par conséquent, cela mène à la dépression.

Comprendre que l’amour, c’est recevoir et non un sacrifice

Le dilemme de Wendy se manifeste fréquemment dans la vie d’un couple. Beaucoup ont été éduqués sur le fait que l’amour est un sacrifice. Nous comprenions que l’on doit se « taire » sur nombreux faits, que l’on doit toujours dire « oui » lorsque notre mari demande quelque chose, qu’il faut d’abord le satisfaire avant tout. Si aimer est un supplice, pourquoi alors s’y exposer ? Aimer, avoir une relation mature et consciente, c’est savoir écouter, donner et recevoir en retour. C’est savoir aussi dire non pour le bien de l’autre. Par-dessous tout, aimer ne doit pas être un obstacle pour accomplir ses rêves.

Prendre soin des autres, mais de soi aussi

Penser à soi ne signifie pas arrêter de prendre soin des autres ni de ne plus se préoccuper des personnes que nous aimons. Loin de là l’idée. Conjoint, famille, enfants ont besoin de nous. Ce sont presque toute notre vie. Mais nous avons également nos besoins, notre passion, notre carrière, etc. L’idéal serait de trouver l’équilibre entre tout cela. En effet, il faut prendre compte de quelques aspects.

Premièrement, penser à son épanouissement personnel. Plus exactement, avoir son propre espace et des passions. Par ce fait même, savoir défendre nos valeurs et prendre soin de notre estime de soi. Deuxièmement, il faut être fier de soi, de sa personne, de ce que l’on a accompli tout en étant autonome. Troisièmement, prendre aussi soin de son partenaire et non avec excès. Il faut comprendre qu’en tant qu’être humain, nous avons aussi besoin d’être chouchoutés, d’être valorisés et d’être appréciés à notre juste valeur. En effet, si l’on ressent le plaisir en prenant soin des autres, il faut également prendre soin de nous-mêmes.