Quels sont les objets porte-bonheur ?

Par Falimalala 
 5 minutes
Famille
Fer à cheval

Fer à chevalFoto-Rabe/Pixabay

Hommes et femmes accordent plus ou moins de crédibilité à différentes croyances et superstitions. Parmi celles-ci, on compte quelques objets qui sont réputés pour attirer ou favoriser la chance. Découvrez quelques-uns d’entre eux ci-après.

Le porte-bonheur, aussi vieux que le monde

Un porte-bonheur est un objet auquel on attribue le pouvoir de porter chance. Il peut-être utilisé comme amulette. On en trouve trace dans les civilisations les plus anciennes.

Porte-bonheur français, japonais, allemands et autre

D'un continent à l'autre, ils peuvent cependant être très différents. En Europe, on pourrait ainsi citer la coccinelle, le trèfle à quatre feuilles, le fer à cheval, la patte de lapin, le muguet de Mai, le gui ou encore le Bois de senteur blanc. En Allemagne, par contre, les habitants réagissent davantage à l'amanite tue-mouche, au ramoneur, au cochon-tirelire ou au pfennig. En Asie, par contre, c'est plus éclectique. Au Japon, le Bobtail japonais a une place de choix. À Hong Kong, c'est le bonbon Sugus. En Chine, l'Enveloppe rouge.

Une liste de grigris, porte-bonheur et autres symboles de chance, à offrir ou à garder, sur soi, dans sa maison ou sa voiture

Pour en savoir davantage sur certains de ces porte-bonheur, suivez le petit guide détaillé.

Le fer à cheval

C’est l’un des symboles de la chance les plus facilement reconnaissables, au même titre que le trèfle à quatre feuilles. Selon une légende, le diable aurait commandé des fers pour son cheval à un ferronnier. Ce dernier accrocha alors le fer à cheval sur les sabots du diable et lui refusa de lui retirer que s’il lui garantissait de se tenir loin de lui ou de toute maison où un fer à cheval serait accroché à la porte.

C’est probablement une des raisons pour lesquelles il est le plus souvent accroché sur le haut du chambranle d’une porte, les pointes tournées vers le haut.

Le Nazar Boncugu contre le mauvais œil

On les retrouve le plus souvent en Turquie, mais aussi en Grèce, en Inde ou au Népal. Facilement reconnaissables, ces billes de verre sont d’un bleu caractéristique, encerclant un dessin ressemblant à un œil. Cette amulette est sensée éloigner le mauvais œil, en absorbant toute énergie négative et en protégeant son propriétaire de mauvais sorts ou de maladies.

Cette énergie ne provient donc pas de son propriétaire, mais de l’extérieur, par exemple des personnes qui pourraient la jalouser ou lui souhaiter du malheur. Il est dit que si quelqu’un cherche à vous causer du tort, et que le mauvais œil est déjoué, l’amulette se brisera, car elle aura fait son travail.

Maneki-neko

Ce porte-bonheur japonais est en forme de chat, avec la patte levée. Son origine remonte entre le XVIe et le XVIIIe siècle, et il est le plus souvent présent dans les boutiques, près des fenêtres ou de la devanture, car il apporte de bonnes affaires et la prospérité. La légende derrière le Maneki-neko est la suivante : un businessman sans le sou rencontra un chat affamé. Bien que lui-même bien démuni, il prit le chat sous son aile et s’en occupa jusqu’à ce qu’il aille mieux.

Ses affaires reprirent alors très vite parce que le chat restait dans sa boutique et saluait les passants en levant la patte. Il est dit que si c’est la patte gauche qui est levée, le propriétaire de l’effigie recherche l’abondance, et quand c’est la droite, il est davantage concerné par une bonne santé.

Le bouddha rieur, ou Hotei

Posséder une statue d’un moine au ventre rebondi et rieur est considéré comme porte-bonheur. Il est parfois vu avec un bol de prospérité, le bol Ru-yi. C’est un symbole ancien, qui représente le bonheur contagieux et la bonne humeur, tout en attirant la chance et en l’invitant à rester dans nos vies. Il n’est pas conseillé d’en acheter pour soi, il convient davantage de le recevoir.

Il ne doit être placé au sol, ni dans la chambre à coucher, mais plutôt dans l’entrée face à la porte. Son ventre est symbole de bonheur, de chance et de prospérité, et il est dit que toute personne qui frotte son ventre sera plus chanceuse qu’à son arrivée. Attention toutefois à ne pas manquer de respect au bouddha et à respecter certaines règles si vous souhaitez en avoir un chez vous.

Comment faire d'un objet un porte-bonheur ?

La question peut paraître assez étrange, mais un porte-bonheur, quel qu'il soit, n'est pas nécessairement porteur de chance, surtout si vous venez de l'acquérir. Il vous faudra lui charger une dose de chance.

Ne partez pas du principe que votre porte-bonheur doit vous porter chance en toutes circonstances. Souvent même, ces grigris ne sont doués que dans un domaine bien précis : protéger les marins des éléments quand ils sont en mer, faire tomber enceinte une femme qui rêve de l'être, pour un déménagement ou plus généralement pour protéger une maison ou une voiture.

Ensuite, vous devrez "y croire", additionner les situations réussies et les mettre sur le compte de votre objet fétiche. Ainsi, dans votre tête, son pouvoir sera renforcé, et il obtiendra véritablement sa place de porte-bonheur. Évitez par contre de tomber das le "trop". Votre grigi, quel qu'il soit ne vous protègera pas de tout, ne vous fera pas tout réussir. Croyez donc qu'il peut faire tourner la chance en votre faveur, pas qu'il peut tout vous faire accomplir. A contrario, si vous êtes sceptique, son "pouvoir" diminuera. Confiance en soi et pensée positive doivent être associés à un porte-bonheur. À vous de jouer !